Défiler vers le haut

Une histoire de famille

Desprat Saint Verny « fait » du vin à Aurillac depuis 1885, ce qui en fait la plus ancienne entreprise cantalienne, et avec Pierre Desprat et maintenant ses filles, 5 générations s’y succèdent. A cette époque où le marchand de vin avait rang de noblesse équivalent au curé, à l’instituteur ou au notaire, on livrait des tonneaux, des barriques de vins de soif, dans cette belle vallée de Mandailles cantalienne pour « alimenter » les paysans. On faisait aussi de la mise en bouteille pour les repas du dimanche dans les belles familles et les occasions rares, les baptêmes, les mariages, les banquets républicains.

Le grand-père de Pierre Desprat lui suggère comme une prémonition de s’intéresser au vignoble du Puy de Dôme, si peu connu et à la réputation peu reluisante à l’époque, et d’en faire « quelque chose ». Cette remarque anodine est devenue un vrai challenge porté par nos valeurs.

Le vignoble des vins d’Auvergne pourtant le fruit d’une histoire, d’une tradition, n’a su s’imposer comme terre de vins ce siècle passé. La promotion de ces vins comme vin de copain, à la dimension conviviale, à l’occasion du casse-croute ne fait pas non plus l’unanimité et s’oppose surtout à d’autres bassins de productions, bien plus importants que le nôtre.

Comment témoigner de la réelle qualité de nos vins et assoir la notoriété du vignoble ?

Notre terroir est non seulement remarquable mais unique, avec ses sols volcaniques que l’on ne retrouve que dans quelques régions du Monde. Avec l’inscription récente de la chaine de Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO, nous avons la conviction d’en faire un atout différenciant et un vecteur de promotion.

Nous revendiquons la typicité si particulière de ces vins nés sur un sol unique et rare. Le coté pierreux du basalte, la minéralité volcanique exprime l’identité et l’originalité de nos vins. Historiquement, le terroir auvergnat a produit beaucoup de vin rouge, des vins aux caractéristiques poivrées et structurées claires, avec une présence toute particulière des gamays et des pinots qui ne ressemblent à aucun autre. Aujourd’hui, les blancs, peuvent sans aucun doute rivaliser avec les plus grands, tant le chardonnay s’exprime ici avec bonheur, élégance et volupté.

Les vins de soif sont devenus des vins de plaisir, aptes également au vieillissement, avec pour les grandes cuvées un potentiel de garde qui est la marque de fabrique des grands vins.